La Dame Blanche de la chute Montmorency

Une légende tragique

 

Majestueuse, la chute Montmorency fascine depuis des siècles. Il n’est donc pas étonnant que ce « torrent d’eau qui desbordait de dessus une grande montaigne » (Samuel de Champlain, 1603) se trouve au cœur d’une légende locale, la légende de la Dame Blanche.

 

Selon l’historien Pierre-Georges Roy (1870-1953), c’est de l’île d’Orléans que proviendrait la légende de la Dame Blanche. Il est cependant difficile d’établir précisément les origines de cette légende, dont il existe quelques variantes.

 

La Dame Blanche, Alphonse Paré, 1889, bas-relief en bois de pin, polychrome, exposé à l’Atelier Paré, économusée de la sculpture sur bois. Photographie : Myriam Mathieu-Bédard.

 

••

 

L’histoire se déroule à l’été 1759 alors qu’une jeune fille de Beauport, que nous appellerons Mathilde, prépare ses noces à un soldat du détachement de la marine. Les joyeux préparatifs sont néanmoins assombris par la guerre : le jeune homme doit prendre part à la bataille de Montmorency, au pied de la chute.

 

Le voile de la mariée, chutes Montmorency, Québec. Photographie : Geneviève Bergeron. Tout près de la grande chute Montmorency se trouve une autre chute plus petite, appelée « Le voile de la mariée ».

Mathilde se ronge les sangs toute la journée, espérant que son amoureux lui reviendra sain et sauf. Le soir venu, alors que l’armée française célèbre sa victoire sur les Anglais, Mathilde cherche désespérément son fiancé qui manque à l’appel. Pendant des jours, elle parcourt les environs à sa recherche. Puis, Mathilde fait la terrible découverte du corps de son amoureux sur les rives de la rivière. Grièvement blessé, le soldat s’était traîné jusque là, sans doute dans l’espoir de s’abreuver.

 

Dévastée, Mathilde rentre chez elle pour revêtir la robe blanche qu’elle devait porter lors de ses noces. Elle se rend ensuite en haut de la chute, où elle rencontrait parfois son fiancé. Les suppliques de ses proches n’y font rien : le cœur brisé, Mathilde se jette dans le vide.

 

Depuis, les soirs sans lune, les habitants de l’île d’Orléans disent apercevoir une silhouette blanche errer au-dessus des flots rugissants de la chute...

… Le blanc étant associé autant à la pureté et à la virginité qu’à la mort — pensons aux fantômes —, il n’est pas surprenant que l’appellation « Dame Blanche » soit employée au Québec et en Europe dans diverses légendes où la dame en question peut être fée, sorcière, sainte ou revenante.  

Au Québec, le nom « Dame Blanche » fait souvent référence à la Vierge Marie.